Fiat circulum. Impression jet d'encre. 3 tirages. 40/60 pouces. 2005. 

 

 

 

D'une part, la chronophotographie capture de la durée qui se fixe sur une seule image. En empilant dans un même espace le déroulement du temps, elle rend visibles certains phénomènes qui se déroulent en continu alors que nous ne vivons que le présent, et qui nous échappent nécessairement.

D'autre part, la photographie est un simple dépôt de lumière sur du papier: elle n'a pas de profondeur. Il n'y a en elle aucun volume. Tout au plus, pour un objet qui serait rond, l'illusion d'un cylindre. En ce sens, dans Fiat circulum, une bougie suivant le mouvement d'une roue de bicyclette fait apparaître, telle une écriture, tel un symbole, la figure du cercle, abstraction géométrique. En posant une équivalence entre idée et symbole, on peut ainsi photographier des idées. 

Cette oeuvre qui donne à expérimenter une "phénoménotechnie", c'est-à-dire un phénomène qui n'est perceptible que par le truchement de la technique, est à la croisée de mes travaux théoriques et pratiques; en tant que chercheur, je m'intéresse à la manière dont les idées se matérialisent en art et à la manière dont leurs matérialisations les transforment en retour: quelle médiation (matière, support, mise en oeuvre) pour quelle idée?